RATING
ALBERTO BARRERA TYSZKA / VENEZUELA

Quand l’audimat régit nos vies, où situer la limite de l’acceptable?

Titre. Rating
Auteur. Alberto Barrera Tyszka
Pays. Venezuela
Traduction. Nicole Rochaix-Salmona
Genre. Roman
Édition papier et numérique

___________________

14 € / 222 pages / 14 x 23 cm
ISBN 979-10-92948-11-0
Septembre 2015

Du même auteur

La correspondance des autres

Balles perdues

 

Ouvertures

Alberto Barrera Tyszka : Dire délicatement la violence

LE TEXTE

 Dans sa course à l’audimat, jusqu’où la télévision est-elle prête à aller? Jusqu’où les téléspectateurs sont-ils prêts à l’encourager ? Et les citoyens à se prêter au jeu en vue d’un succès éphémère ?

Un roman savoureux, cynique et sensible, qui explore les limites morales du monde de la télé-réalité et dissèque sans complaisance les dessous de l’industrie du feuilleton, de la « telenovela » latino-américaine, à travers les destins croisés de Manuel Izquierdo, scénariste en pleine crise de la cinquantaine, fatigué d’écrire des mélodrames pour le petit écran,  de Pablo Manzanares, jeune étudiant en littérature qui découvre ce monde, et d’un vieux producteur, Rafael Quevedo, dont les heures de gloire semblent s’être enfuies, à moins que ne surgisse l’idée d’une émission susceptible de tout faire basculer.

 

L’AUTEUR

Écrivain et journaliste vénézuélien (Caracas, 1960), ALBERTO BARRERA TYSZKA exerce à l’Université Centrale du Venezuela.

Outre de nombreux articles pour El Nacional, Letras Libres, El País, ou Etiqueta Negra, il est aussi l’auteur d’une biographie très documentée: Hugo Chávez sin uniforme. Una historia personal (2006).

Poète, il signe divers recueils : Coyote de ventanas (1993), Tal vez el frío (2000), et la récente anthologie La inquietud. Poesía reunida 1985-2012 (2013).

 Romancier, on lui doit También el corazón es un decuido (2001), La maladie, Prix Heralde 2006, Rating (2011), et des récits regroupés dans Crímenes (2009)

Ses talents de scénariste pour la télévision sont par ailleurs bien connus au Venezuela, en Colombie, en Argentine et au Mexique.