La Bolivienne

Ricardo Strafacce | Argentine

Frais de port OFFERTS !

Comment acheter nos livres

Titre . La Bolivienne

Auteur . Ricardo Strafacce

Pays . Argentine

Traducteur . Jean-Baptiste Labrune

Genre . Roman

Édition . Papier et électronique


9 € / 64 pages / 14 x 23 cm

ISBN . 979-10-92948-08-0

Octobre 2014


Du même auteur :
Crimes parfaits


Argumentaire :
LIRE | TÉLÉCHARGER

Échappée :
"Ricardo Strafacce et le réalisme invraisemblable"

Sur La Bolivienne

Un bidonville traversé par un fleuve où vivent des crapauds mutants qui nourrissentdes habitants jouissant d'une santé florissante, un Dr Karrufa qui voit là un bon moyen de s'enrichir, n'était une Bolivienne aussi belle qu'intrépide... et voilà une histoire baroque où les péripéties s'enchaînent sur un rythme trépidant.

Un récit hilarant, décalé, provocateur.

Sur Ricardo Strafacce

Ricardo Strafacce (1958), écrivain argentin, auteur de nombreux romans et récits, raconte et tisse avant tout des histoires et s'inscrit volontiers dans ce qu'il appelle "le réalisme invraisemblable".

Extrait de La Bolivienne

"Après un bref passage par la Capitale Fédérale, où elle avait débarqué à peine sortie de son patelin, elle avait bientôt posé ses valises dans ce quartier de fortune où s'entassaient deux mille âmes. Adossé au Río Reconquista, dont les eaux putrides serpentaient le long des habitations, formant la bordure nord du bidonville, le Quartier des Crapauds jouxtait, de l'autre côté, une décharge qui s'étendait à perte de vue et établissait la frontière sud. La décharge séparait le quartier de la zone urbanisée qui, parallèlement à la Route Nationale n°8, s'étendait jusqu'au rond-point de l'Avenue Márquez, et le fleuve le coupait des casernes de Campo de Mayo, ancien siège du Commandement en chef des Armées où étaient maintenant implantés les lycées militaires (École du Commandement, École de Sous-officiers etc.). Vers l'ouest, le quartier s'arrêtait à la route 8 ; vers l'est, il se diluait graduellement dans les terres marécageuses que certains autochtones appelaient Puits de l'âme, et d'autres, les plus vieux, Puits de l'âne. à cause des nombreuses usines installées dans cette zone qui déversaient sans scrupules leurs effluents dans le fleuve (c'était, disait-on, un des plus pollués du monde), l'eau n'en était absolument pas potable. En dépit de cela, les enfants du quartier y barbotaient et les crapauds incroyablement nombreux qui sillonnaient ses flots constituaient le principal et bien souvent l'unique aliment des habitants du bidonville."

Vous aimerez aussi...