Exercice de survie

Sara Bertrand | Chili

Frais de port OFFERTS !

Comment acheter nos livres

Titre . Exercice de survie

Auteur . Sara Bertrand

Pays . Chili

Traducteur . Magali Homps

Genre . Roman adolescent et adulte

Édition . Papier


10 € / 160 pages / 15 x 21 cm

ISBN . 978-2-9544723-9-3

Septembre 2013


Roman enrichi :
Dans le livre, des flashcodes à scanner, des contenus en ligne pour partir à la découverte du Chili !
Découvrez en suivant CE LIEN les contenus en ligne.


Dossier de presse :
LIRE | TÉLÉCHARGER

Échappée :
"Sara Bertrand. Le bonheur de raconter"

Sur Exercice de survie

Alors que l'été s'annonce à Santiago et que les examens d'entrée à l'Université se profilent, Laura, fille unique, est victime d'un grave accident de la route.

Elle doit alors réapprendre à vivre et à surmonter difficultés et changements, liés à l'accident ou au cours des choses: le microcosme de la clinique d'abord, mais aussi la perte d'un premier amour, d'un être cher ; un déménagement de la famille pour raisons économiques.

Quand elle rencontre Antonio, professeur de photographie, tout change. À commencer par le regard porté sur l'espace environnant...

Roman qui n'élude rien de la réalité des atteintes au corps et à l'âme, sans jamais tomber dans le mélodrame ou la lourdeur, et sait avec habileté et délicatesse aborder une multitude d'aspects de l'entrée dans la vie adulte.

Tonique.

Sur Sara Bertrand

Après des études d'histoire et de journalisme à l'Université Catholique du Chili, Sara Bertrand collabore depuis 1996 à différents journaux de la presse écrite, notamment aux pages Culture et livres du quotidien El Mercurio et à la revue gastronomique La CAV.

Lauréate d'une bourse de création littéraire du Fondo del libro en 2007 grâce à Cuentos inoxidables, elle publie alors son premier roman jeunesse Antonio y el tesoro de Juan Fernàndez (Editorial Amanuta), suivi d'une dizaine d'autres par la suite.

Exercice de survie (Alfaguara 2013) est son premier roman traduit en français.

Extrait d'Exercice de survie

"J'ai passé cinq jours à photographier des villages fantômes, des villages du nord submergés dans la pampa qui n'étaient pas abandonnés mais qui semblaient l'être. Personne ne se promenait dans leurs rues, le vent soulevait à peine la saleté accumulée sur les trottoirs, quelques rares buissons desséchés défiaient l'aridité de la terre. J'ai photographié des enfants. J'ai photographié des chemins, des empreintes, de la poussière comme un tourbillon au milieu du néant. J'ai photographié des chiens, beaucoup de chiens, certains amicaux, d'autres un peu moins. Certains m'accompagnaient pendant le coucher de soleil trottant et remuant la queue, une espèce de sourire dessiné sur le museau, comme si nous allions réellement vers l'infini et au-delà. Mais nous n'allions nulle part. Je les ai capturés avec cette joie qu'ils affichaient dans ce no man's land et j'ai pensé à ma grand-mère et à ses chiens, aux nombreux noms que je leur avais donnés à chacun et j'ai pleuré alors que je les visais avec mon objectif. J'ai aussi pris des photos d'un homme à cheval, un quadrupède squelettique et presque mort qui portait un vieux édenté dont je n'ai pas saisi un traître mot. Je l'ai photographié en haut de son cheval en hommage à ma grand-mère et suis restée à le regarder s'éloigner dans la pampa."

Vous aimerez aussi...