Alberto Barrera Tyszka
Dire délicatement la violence

Échappée | Alberto Barrera Tyszka

"La vie est un mélodrame"


ARTICLE #2

Par Juan Pablo Bertazza

Página12 | Juillet 2012

Source


L’une des raisons, à leur époque, qui firent de Gran Hermano (Big Brother/Secret Story) un produit rentable fut la devise désormais obsolète et éculée selon laquelle le reality show était comme « la vie même ». Le succès prophétique de cette phrase tenait à ce que, peut-être, derrière ce grand mensonge se cachait une grande vérité. Dans Rating, le vénézuélien Alberto Barrera Tyszka, lauréat du Prix Heralde 2006 pour La maladie, et l’un des écrivains les plus en vue dans son pays, s’emploie à explorer non pas tant l’univers du reality show et du feuilleton latino-américain mais plutôt l’intersection très riche et fort peu explorée qui existe entre la télévision et la vie quotidienne. Il s’agit d’un roman dans lequel il y a trois grandes voix : Rafael Quevedo, un producteur qui tente de sauver sa tête et l’audience de sa chaine avec un projet innovant : faire un reality show mais pas avec des gens beaux, en pleine santé et sympathiques sinon des indigents, qui comporte en plus la structure et les ingrédients du feuilleton. Pablo Manzanares est son assistant, un jeune étudiant en Lettres qui vient d’arriver sur la chaine par recommandation de sa mère et, enfin, Manuel Izquierdo, un scénariste qui vient d’avoir cinquante ans et affiche une trajectoire qui inclut de très bons chiffres d’audience pour beaucoup de ses produits et un scandale médiatique. Tandis que le projet initial connaît différents aléas et modifications dans sa conception originale, la dynamique entre les trois responsables de la chose modifie aussi leur situation aussi bien sur la chaine que dans leurs vies.

Avec l’expérience acquise dans son travail de scénariste de feuilletons durant vingt ans pour différentes chaines de télévision de divers pays latino-américains, à mesure que se déroule cette histoire très prenante, avec quelques procédés narratifs qui prétendent même imiter la rhétorique de la télévision, Alberto Barrera Tyszka donne à voir la mécanique du mélodrame et certains travers du monde de la télévision. Bien que le livre nous laisse l’envie de savoir ce qui se produit pour de bon avec le reality show (qui, comme dans En attendant Godot, n’arrive jamais) la grande vertu de Rating réside dans la dissection de cette frange où la vie et la télévision se fondent.